Drawing Room 2018, salon de dessin contemporain à Montpellier

Drawing Room 2018
Aimez et partagez !

[Montpellier] Le salon du dessin contemporain Drawing Room lance ce jeudi 13 septembre sa 9ème édition à La Panacée – MoCo (structure multi-sites dédiée à l’art contemporain), co-organisateur de l’évènement avec l’association Les Galeries de Montpellier – art contemporain. Au programme durant quatre jours : 16 solo shows proposés par des galeries sélectionnées par un jury composé de professionnels du monde artistique, des expositions dans l’agglomération montpelliéraine, des invitations et des conférences. Plusieurs institutions culturelles s’associent à cette évènement de la rentrée afin d’offrir une riche programmation dans la perspective de montrer les approches multiples du dessin contemporain. Le président de l’association Les galeries de Montpellier-art contemporain, composée des galeries AL/MA, Aperto, ChantiersBoîteNoire, Iconoscope et Vasistas nous présente cette 9ème édition. Entretien avec Christian Laune.

Drawing Room 2018
Francois Bouillon, Sans Titre, 2014, aquarelle, 40×40 cm ©Galerie AL/MA

Marlène Pegliasco : Pouvez-vous nous présenter Drawing Room ?

Christian Laune: Le projet Drawing Room a été initié par notre association Les galeries de Montpellier-art contemporain afin de cristalliser nos activités auprès du public et de les attirer ensuite au sein de nos galeries. Le dessin offre des possibilités techniques mais c’est aussi un médium plus libre, accessible, d’une proximité plus efficace que la peinture ou la photographie. Nous souhaitions créer un climat adéquat  pour les amateurs et les collectionneurs. Progressivement, le salon est monté en puissance et depuis 2017, nous sommes en partenariat avec La Panacée MoCo. Cet établissement culturel et didactique garantit une qualité professionnelle et une configuration parfaite pour un salon qui fait découvrir les pluralités du dessin contemporain au grand public.

Drawing Room 2018
Lionel Sabatté, Ours, 2017, solution à base de fer et de bronze sur papier arches, 46x61cm © Galerie Dupré et Dupré

M.P. : Comment sont choisies les galeries exposantes ?

C.L.: Nous étions huit galeries lors de la première édition. Maintenant, nous sommes 16. Nous augmentons chaque année, grâce à notre travail sur les réseaux et au succès du salon. Nous recevons des dossiers des galeries suite à un appel à candidature. La sélection est ensuite faite par un comité constitué de professionnels. Le  choix est rigoureux afin de montrer plusieurs styles auprès du grand public mais aussi que ce dernier face le pas d’acheter et de commencer –ou continuer- une collection.

M.P.: Pourquoi avez-vous adopté le format du solo show ?

C.L.: Le solo show permet de mieux connaître le travail d’un artiste. C’est un choix risqué pour une galerie aussi d’où la pertinence des projets portés. De même, nous pouvons constituer des ensemble cohérents, permettre au public de ne pas se perdre dans la multitude des noms et des techniques et d’offrir un parcours de découverte accessible et sensitif. Un choix radical mais gagnant en terme de visibilité et de créativité. Au niveau de la scénographie, les espaces sont en open space afin de donner une impression de légèreté et de dynamique. Le parcours est plus aéré, plus fluide, plus agréable. Des connexions se forment entre les œuvres exposées, nous avons une lecture d’ensemble fort agréable.

Drawing Room 2018
Benjamin Monti, 2015, encre de chine sur carte perforée, 21×14,7cm©Galerie Nadja Vilene

M.P.: Parlez-nous des évènements autour de Drawing Room.

C.L.: Depuis le début, on associe à l’accrochage des galeries, un évènement interne au salon à travers une invitation. L’an dernier, nous recevions la collection de Jean-Charles de Castelbajac  et cette année, c’est une partie de la collection Lafayette Anticipations – Fonds de dotation Famille Moulin. La figure du collectionneur apparaît au cœur de notre projet et le public peut ainsi apprécier une collection privée. Les distinctions  sont également importantes pour nous. Chaque année, nous soutenons la jeune création à travers l’obtention d’une bourse. La Bourse Jeune création Tourre Sanchis Architecture sera remise à un jeune artiste diplômé d’une école d’art nationale. Le lauréat bénéficiera d’une exposition personnelle l’an prochain à l’Espace Saint-Ravy. Une bonne façon de se confronter aux exigences du marché et des expositions. Puis, le Prix Galeries Lafayette récompense un des artistes exposés.  Nous avons aussi des expositions autour de Montpellier dans les locaux des partenaires : le FRAC Languedoc Roussillon, le Musée Fabre, le Centre Chorégraphique National…Enfin, les artistes proposent des conférences, les Mécènes du Sud –Montpellier Sète organisent une table-ronde sur les clubs de collectionneurs, nous projetons le film sur Lascaux avec Alain Joubert…Tout cela permet des discussions et des échanges fructueux. Le climat du salon est une belle opportunité pour les jeunes artistes et les étudiants. Et le public  ne s’y trompe pas puisque nous avons enregistré plus de 10 000 entrées l’an passé. Dessin au crayon, numérique, all drawing, performance…Le parcours est riche avec des propositions ouvertes.  L’actualité du dessin contemporain est présentée à un public toujours en quête de découvertes, d’émerveillement et de collection.

Drawing Room 2018
Ganaëlle Maury, Sans Titre, 2016, carte à gratter, pointe sèche sur papier, 14×25 cm ©Galerie Clémence Boisanté

Du 14 au 16 septembre 2018

Drawing Room 018 , 9ème édition

La Panacée- Moco

14 rue de l’École de Pharmacie
34000 Montpellier

Du vendredi au dimanche de 13h à 19h
Entrée libre

Plus d’informations ici

 

Aimez et partagez !