Jan Fabre , « Ma nation: l’imagination » à la Fondation Maeght

jan fabre
Aimez et partagez !

[Saint-Paul-de-Vence] Surréaliste et baroque, avec ironie et humour, les œuvres d’art de l’artiste flamand Jan Fabre étonnent, choquent, surprennent mais témoignent d’une intelligence et d’une étude scientifique singulières. La preuve visible jusqu’au 11 novembre 2018 à la Fondation Maeght à Saint-Paul de Vence où il met à l’honneur la relation évidente du cerveau humain dans nos actions, nos pensées, nos rêveries et notre entendement. « Ma nation : l’imagination » est le titre d’une exposition conçue comme une grande pièce théâtrale dont l’acteur principal est le cerveau humain. Esprit qui volète, organe de la chair, le cerveau est pour l’artiste flamand le lieu des émotions plutôt que celui des réflexions.  Visite, sans prise de tête, d’une exposition éblouissante.

jan fabre
Dessins et au premier plan: The Problem of Sisyphus, 2012 © M.P.

« Le cerveau est la partie la plus sexy du corps humain » aime à dire Jan Fabre. Miroir de l’âme, de l’empathie, de l’imagination, il est « terra incognita comme les eaux profondes ». L’exposition de la Fondation Maeght s’enrichit de recherches scientifiques, neurologiques, où se mettent en évidence l’importance aussi vitale que le cœur. Il évoque le regard, les souvenirs, la sexualité, la mort, la joie. Une affirmation révélée dans sa sculpture « The brain as a heart » datant de 2015. Cerveaux en marbre, bronze ou en silicone, adorés dans un reliquaire en reprenant les codes de la liturgie catholique, Jan Fabre voue une fascination pour cet organe, souligne sa vénération dans les rites païens, dans les vases-canopes égyptiens et le compare à la carapace de la tortue, qui porte sa maison comme nous, être humain, nous portons  l’habitacle de nos pensées, de nos paroles, de l’essence de nos actes. Qui sommes-nous sans connexions neurologiques ? Qui sommes-nous sans imagination, sans réaction ? Cogito ergo sum. On atteint le champ de la physiologie, de l’entendement humain, de notre identité.

jan fabre
Sacrum Cerebrum, 2015 © M.P.

Légèreté, apesanteur, mysticisme, élévation, recherche de la beauté. Si le cerveau vibre d’émotion, il est le refuge de l’âme car notre corps ne peut vivre sans cœur et sans réflexion. Siège émotionnel, créatif et intellectuel, l’un guidera l’autre dans une symphonie heureuse.  Sculptures, dessins, collages composent une exposition foisonnante où la cavité cérébrale devient le centre névralgique de nos existences. « Chaque cerveau est comme une planète ». C’est aussi un cheval fougueux qu’on doit conduire et l’âme qui revit dans l’au-delà. Jan Fabre s’intéresse aussi au passage entre la vie et la mort. Associés aux chrysalides devenues papillons, aux scarabées, dont la tradition flamande marque le passage de la mort à la vie, Jan Fabre élève notre cerveau avec une force spirituelle accentuée par l’emploi de couleurs symboliques: la pureté du blanc, la spiritualité du doré, la couleur mariale du bleu.

jan fabre
Le son du cerveau, 2018 © M.P.

A l’extérieur, les marbres posés sur la surface brillante nous éclaboussent de lumière. Sur ce lac doré, le marbre de Carrare perd sa lourdeur. Nous sommes devant un ensemble d’œuvres immaculées. La sculpture « Merciful Dream » réinterprète la « Pietà » de Michel-Angele Christ prend les traits de l’artiste et le visage paisible de la Vierge se transforme en squelette. Quant aux papillons taillés délicatement, il redonne vie à l’âme. Tous les cerveaux de la terrasse ont des attributs religieux différents pour signifier que toutes les religions sont réunis dans un même univers, religions qui explorent à la fois le corps physique et spirituel.

jan fabre
Les sculptures en marbre de Carrare sur la terrasse © M.P.

La Fondation Maeght a accueilli depuis son ouverture les grands artistes d’avant-garde et continue avec cet artiste internationalement reconnu. « Mon œuvre est d’avant-garde mais encré dans la tradition » affirme Jan Fabre. Civilisation égyptienne, mythologie grecque, gisants médiévaux, pratiques artistiques classiques sont autant de références qui se mêlent aux grands noms, artistes, penseurs et intellectuels auxquels il s’intéressent et dont ses parents l’ont initié, eux « qui avaient une grande imagination ». Métaphore onirique, quête idéaliste, symbolisme universelle : les mondes emblématique de l’artiste flamand se dessinent, se sculptent, passent d’un domaine à l’autre. Le cerveau guide la main, le médium devient le reflet des réflexions : « Quand je pense je dessine ; lorsque je dessine je pense » affirme Jan Fabre. Ainsi, les mille et une facettes du cerveau plongent dans une mer de symboles pour découvrir la vie  » car le cerveau est aussi une métaphore, comme la beauté et l’art ». Le pouvoir de la création et de l’imaginaire.

Jan Fabre
Jan Fabre devant un de ses dessins réalisé au stylo bille © M.P.

Jusqu’au 11 novembre 2018

Jan Fabre. Ma Nation : l’Imagination

Fondation Maeght

623, chemin des Gardettes

06570 Saint-Paul-de-Vence

Ouvert tous les jours de 10h à 19h jusqu’au 30 septembre

De 10h jusqu’à 18h jusqu’au 11 novembre

Plus d’informations ici

Aimez et partagez !