La Galerie C de Neuchâtel expose le dessin dans toute sa pluralité

galerie c
Aimez et partagez !

[Neuchâtel/Marseille/Bruxelles] Parcourir les foires d’art reste le meilleur moyen de faire de belles découvertes. Ce fut le cas lors de Drawing Now Art Fair en mars 2018 et récemment à Paréidolie à Marseille. Choisie pour la qualité de sa sélection, la galerie C de Neuchâtel se distingue par la pluralité des techniques proposées ainsi que la permanente interrogation autour du dessin, du support au matériau, renouvelant le champ des possibilités créatrices permises par ce médium. Si le travail de Nicolas Aiello combinant dessin et écriture avait séduit par sa précision et sa justesse émotive à  Drawing Now Art Fair , les artistes présentés lors de Paréidolie et Art On Paper à Bruxelles rappellent l’engagement d’une galerie où « le  dessin occupe une place importante avec de nombreux artistes qui traitent le médium sous diverses façons » et témoignent de cette exigence à déceler la créativité intrinsèque d’une pratique millénaire capable de renouveler le dialogue universel.

paréidolie
Jean-Christophe Norman

Pour la 5ème édition du salon du dessin contemporain Paréidolie  qui s’est déroulé à Marseille les 1er et 2 septembre 2018, la galerie C a exposé le travail des artistes Lionel Sabatté, Jean-Claude Norman, Sophie Jodoin et Michael Rampa. Prix Drawing Now 2017, Lionel Sabatté utilise des matériaux bruts inconnus du vocabulaire érudit du dessin. Ongles coupés, cheveux souillés, poussières urbaines, c’est dire si nous sommes loin du graphite et de l’encre avec le travail de Lionel Sabatté. Ces objets à l’aspect dégoûtant dessinent des papillons, des femmes ou des loups. Une approche expérimentale du dessin qui n’a pas fini de nous surprendre.

galerie C
Lionel Sabatté

Sophie Jodin travaille sur un ensemble de corpus autour de la féminité. Odeur, empreinte, silhouettes anonymes, ce lexique du féminin prend la forme d’un récit délicat et sensoriel. Un espace atemporel, vécu, et envoûtant. Jean-Christophe Norman est un performeur pratiquant la réécriture de textes ou le recouvrement de cartes ou de journaux comme singularité d’un travail exemplaire. Ces effacements forment les traces ou artefacts de son propre rapport au monde. Michel Rampa implique le paysage en tant que définition d’un corps qui s’efface dans l’environnement immédiat. Les blancs révèlent l’image sous forme négative  et  laissent apparaître les denses strates chromatiques.

galerie c
Michel Rampa

Le format de Art on Paper à Bruxelles impose un solo show d’artiste par galeriste.  Cette spécificité permet de rendre compte des diverses approches contemporaines du dessin et d’entrer dans l’œuvre et la création singulière d’un artiste. Ainsi,la Galerie C nous propose de découvrir l’installation « On entend battre son cœur à grands coups »  de l’artiste montréalaise Sophie Jodoin. Questionnant le dessin à travers des ensembles qu’elle dispose sur des tablettes basses, Sophie Jodoin présente une installation contextuelle autour du livre. Elle a choisi 41 pages d’un ouvrage mis à plat et sur lesquelles les lignes s’effacent. Quelques mots émergent de cette disparition, formant un langage prenant la forme d’un médium. « Dans le contexte d’une foire, je voulais apporter une interruption dans ce monde effréné », nous explique l’artiste, » un instant pour soi où l’on s’arrête, l’on s’interroge et l’on médite. Je voulais créer une fluidité au visiteur, qu’il ne soit pas passif devant l’œuvre tout en provoquant ses diverses sensibilités. » Accompagnés d’images qui ne doivent pas prendre le dessus sur le corpus textuel,  cette œuvre littéraire et visuelle constitue un portrait épidermique d’une existence fictionnelle. La connexité entre les différents supports, écriture dessinée ou dessin écrit, réalise un travail autour du non-dit, du relationnel et du féminin, un dialogue augmentée par l’espace même de l’installation, comme autant d’infimes choses participant au ressenti de l’œuvre.

galerie c
Sophie Jodoin, Vue d’installation

 

Paréidolie 5ème salon international du dessin contemporain

1er et 2 septembre 2018 au J1 à Marseille

Art On Paper – The Brussels Contemporary Art Fair

BOZAR – Palais des Beaux-Arts de Bruxelles

Du 06 au 09 septembre 2018

Ouvert de 11h à 19h

Plus d’infos sur la galerie C ici

Aimez et partagez !