Sarah Cardona interroge les Ghostwriter

sarah cardona
Aimez et partagez !

[Toulon] Les artistes ont cette faculté de nous ouvrir les yeux sur des choses insoupçonnées, imperceptibles. D'interroger la réalité. Ils ont quelque chose de surprenant, de neuf, une démarche créative qui invite à la réflexion et à l'ouverture d'esprit. Celle de de Sarah Cardona, jeune artiste de 25 ans, diplômé de l'Ecole Supérieure d’Art et de Design Toulon Provence Méditerranée (ESADTPM) débouche à une véritable interrogation identitaire. Le travail de Sarah a déjà été exposé l'an dernier à l'Hôtel des Arts de Toulon dans l'exposition "Variables Aléatoires" et en février 2017 à La Garde lors de Thém'Art #5. Aujourd'hui, elle nous livre une proposition différente liée à une réflexion atemporelle. Derrière le titre de son exposition, Ghostwriter, se cache tout un discours autour de la question du droit d'auteur et de l'identité. L'artiste a accepté de nous parler de cette installation. Visite guidée.

sarah cardona

Affiche de l'exposition "Ghostwriter"

Ghostwriter. Ecrivain fantôme. "Nègre littéraire". Deuxième plume. Autant de noms pour qualifier les écrivains anonymes, ceux qui écrivent dans l'ombre des autres. Que ce soit des biographies, des articles de blog, de journaux, pour des boutiques, des prospectus…Nous lisons tous les jours des mots et des phrases écrits par des anonymes mais signés par d'autres. Cette notion est au centre de l'installation de Sarah Cardona et se concentre sur l’écrivain JR16-7752, écrivain anonyme (mais amie de l'artiste)  qui travaille à la commande pour des sites ou des particuliers qui ont besoin de textes et inscrite sur le site www.redacteur.com . L'installation prend la forme d’un documentaire sur sa pratique de l’écriture ainsi que sa vision de la création. Ces deux éléments sont aussi importants l’un que l’autre dans sa façon de travailler. Sarah nous explique en quoi consiste le travail d'un écrivain fantôme: "Les écrivains fantômes peuvent écrire sur n'importe quel sujet: magazines en ligne, articles de blog, agence de web, petites annonces…Des textes généralistes à des paragraphes très précis et de sujets futiles à des domaines plus sérieux. Sur le site internet, les clients vont laisser leurs commandes avec leurs consignes (domaine, sujet, nombre de mots et ceux imposés..) et les gens vont candidater. Au final, une personne est choisie. Celle-ci réalise la commande en s'engageant à ne jamais révéler son identité. Ils sont payés pour leur anonymat. Une fois le travail terminé, l'écrivain disparaît et regagne l'obscurité."

Sarah Cardona

Sarah Cardona au milieu de son installation

Sarah Cardona a commencé l'élaboration de ce nouveau projet en mai à partir de ces réflexions: "Je me suis demandée ce que cela repésentait pour mon amie d'être un auteur, comment elle vivait cette activité-là sachant qu'à côté, elle est journaliste et écrit des histoires. Quel était le côté créatif de ce job? Que signifie être un auteur à ses yeux?" La salle d'exposition ne comporte que quelques éléments évocateurs: une vidéo, un texte et deux livres. "Dans cette vidéo, j'ai posé plein de questions à JR16-7752 (nous ne connaîtrons jamais son véritable nom) et elle me parle de son processus, de ce qu'elle fait, comment elle en est arrivée à faire cela… Puis cet été, je lui ai demandé de me donner des textes qu'elle écrivait pour le site, c'est l'objet du livre blanc. Pendant ce même- temps, j'ai collecté sur ce site des commandes, objet du livre noir. Ce ne sont pas forcément les textes  associés aux articles mais j'ai compilé cela comme une collection. Enfin, je lui ai commandé un texte qui parle de l'exposition, à la manière des commandes auxquelles elle répond." L'anonymat de JR16-7752– anonymat continue puisque nous verrons son visage mais nous ne connaîtrons jamais son nom-n'est pourtant pas complet. "Son style est reconnaissable et ses choix de commandes en disent longs sur son caractère. JR16-7752 pense qu'ils sont anodins pourtant, ils sont conduits par un hasard et sa "facture" littéraire est décelable dans son écriture". Cette analyse graphologique est la seule "signature" de l'écrivain fantôme. Dans la vidéo, nous ne voyons que JR16-7752 répondre à des questions, Sarah n'apparaît pas et aucune information précise qui est la réalisatrice. Finalement, l'artiste rend hommage à l'écrivain fantôme puisque elle s'efface devant JR16-7752 qui devient le centre créatif de la vidéo, tout comme elle ne signe pas le texte écrit pour Sarah. L'artiste ne fait qu'agencer les faits de JR16-7752. Elle disparaît pour lui laisser la place. Se pose alors la question de l'identité, du droit d'auteur: qui est l'écrivain? Qui est le créateur? Qui usurpe qui?

sarah cardona

Le livre blanc, compilation des écrits de   J R16-7752

 

Sarah cardona

Le livre noir, compilation d'annonces

Ecrire sous couvert d'anonymat pourrait nous permettre de jeter des mots sur n'importe quel sujet, du plus intellectuel au plus transgressif. Travail à temps plein ou partiel, ces écrivains de l'ombre demeurent une profession mal connue. Quand Sarah Cardona a parlé de son projet à son amie, elle lui a répondu: "C'est bien que tu fasses quelque chose pour parler des gens comme moi". Effectivement, nous nous rendons compte que nous ne sommes pas forcément au courant de leur existence et Sarah apporte une visibilité à un travail qui ne l'est qu'à demi-mesure. Elle interroge l'identité dans un face à face improbable, la ressemblance physique entre Sarah et JR16-7752 y contribuant:  qui est l'artiste? Qui est l'écrivain? Qui est qui dans cette exposition et qui a réalisé quoi? "Qui est l'auteur? est la question que je pose à travers cette exposition.  Ai-je eu une action ou n'ai-je fait que prendre des choses et les assembler? A partir de quel moment devient-on propriétaire de ce qu'on a fait?" Car  les  petites actions discrètes ne sont pas les plus insignifiantes. En Histoire de l'Art, les petites mains artistiques ont contribué à la réalisation de chefs d'oeuvre. Cette question de l'anonymat dans l'art revient souvent. L'artiste est-il celui qui conçoit ou celui qui fabrique? Cette question presque séculaire revient à la position de l'artiste à la Renaissance et détermine le moment à partir duquel le talent est reconnu. Mais qui doit l'être? Celui qui a l'idée ou le réalisateur de l'idée? Ainsi, l'exposition "Ghostwriter" pose une question universelle de manière ouverte . Quels sont ses enjeux ? Quelle est la place du spectateur face à une telle restitution ? Doit-il croire un artiste sur parole ou rentrer dans la peau d’un enquêteur et débusquer la fiction qui se cache dans la réalité ? Anonymes volontaires ou non, Sarah Cardona nous donne la possibilité d'explorer quelque chose qui nous semble invisible dans notre vie de tous les jours alors remercions-là de nous interroger, de nous éclairer, d'apporter son regard sur ce fait sociétal et de donner de la visibilité et de mettre en lumière ces gens de l'ombre

sarah cardona

JR16-7752
 
Jusqu'au 27 novembre 2017
Ghostwriter
Galerie de l'école
 42 rue Nicolas Laugier
 83000 Toulon
 Ouvert du mardi au dimanche de 14h à 18h30
Site internet de Sarah Cardona ici

 

Aimez et partagez !

Laisser un commentaire