La Pyramide Humaine -Thema du Liberté autour de Jean Rouch

rouch
Aimez et partagez !

[Toulon]  Nouvel actualité et nouveau Thema au Liberté qui célèbre le centenaire de la naissance de Jean Rouch (1917-2004), ethnologue et réalisateur français. L'homme qui qualifiait sa manière de filmer de "cinéma direct" a traversé les pays à la rencontre d'humanités bouleversantes et sincères. Que seraient les hommes sans les hommes ? Rien donc, si ce n'est que la plus belle de toutes les pyramides du monde est bien celle que forme l’humanité elle-même. Catherine Ruelle, présidente de l’association Centenaire Jean Rouch 2017 nous parle de cet immense réalisateur: " Ingénieur des ponts et chaussées, ethnographe, anthropologue, cinéaste, poète, il nous a laissé en héritage plus de 180 films, des ouvrages inégalés sur les religions africaines, des photographies, des écrits et même une pièce de théâtre, qui sera mise en scène pour la première fois en 2018, par Charles Berling. Jean Rouch repose depuis 2004 au cimetière de Niamey, dans ce pays, le Niger, qu’il avait découvert presque adolescent encore et qu’il avait adopté comme sa deuxième patrie, un petit paradis sur terre comme il aimait à le dire. À Paris, il était un "maître", une personnalité reconnue de tous, oeuvrant sans relâche, au sein du Comité du film ethnographique, du CNRS, de la Cinémathèque française, de l’Unesco – entre autres. Il a renouvelé l’anthropologie visuelle et l’approche documentaire, inventé le cinéma direct, ouvert des voies originales à la fiction, filmant caméra à l’épaule avec une écriture filmique inédite, stimulant la Nouvelle Vague comme l’a écrit Jean-Luc Godard. En Afrique, Jean Rouch avait trouvé des amis et une vraie liberté. Curieux, drôle, rieur, amoureux de la vie et des images, nourri des histoires de tous ceux qu’il a côtoyés, Jean Rouch aura été également un des premiers à évoquer les migrations, les villes mondes, les pulsations des indépendances. Provocants, subversifs parfois, beaucoup de ses films furent le fruit d’un travail en commun, élaboré avec sa bande de camarades au Niger ou en Côte d’Ivoire. Moi un Noir, Jaguar, La Pyramide humaine, Petit à petit, La Chasse au lion à l’arc, pour ne citer que ses films les plus connus, sont aujourd’hui encore d’une grande modernité. Bricoleur de génie, dénicheur de talents, amoureux de l’Afrique et des images, Jean Rouch reste un des grands passeurs de la modernité."

jean rouch   03.Film_LaPyramideHumaine(c)JeanRouchExtrait du film La Pyramide Humaine (1959-1961) de Jean Rouch

 

Deux expositions sur l'oeuvre et la postérité de Jean Rouch

Une première exposition dans le hall du Liberté montre divers carnets de Jean Rouch: photographies, extraits de films… "En partant de La Pyramide Humaine (1959-1961), célèbre film « expérimental » de Jean Rouch questionnant le racisme à la fin de la période coloniale en Afrique, nous proposons au public, dans cette exposition aux multiples facettes, de feuilleter quelques pages des "carnets" remplis par Jean Rouch au fil de ses tentatives de construction de l’inaccessible mais nécessaire pyramide humaine, au-delà du visible et de l’invisible" explique Andrea Paganini, délégué général de l’association Centenaire Jean Rouch 2017. "Un carnet de ses photos d’abord, constellé de lieux, d’attitudes et de portraits de personnes qui regardent, se regardent, nous regardent, et nous font les regarder; un carnet de photogrammes tirés de ses films, suspendant le mouvement, motif fondamental d’une oeuvre à la dynamique constante; un carnet de ses enregistrements sonores inédits, préservant la mémoire de chants rituels et de travail, ou de paroles précieuses de mineurs et d’anciens écoliers; un carnet d’extraits de ses films, déployant les registres des relations humaines, du grave au joyeux, du burlesque à l’intime. Et hors les murs enfin, en écho à certaines de ses pratiques et à certains motifs de l’oeuvre, un carnet de photographies réalisées par des femmes d’Afrique, parfaites amatrices, pour le projet Atelier Avant Seize. Ces carnets exposés seront complétés d’une riche programmation dans la salle du théâtre de films de Jean Rouch et de films "africains " plus ou moins liés à son oeuvre."

01.Exposition_Liberte(c)JeanRouchL'exposition Jean Rouch dans le hall du Liberté

Une deuxième exposition conduira le spectateur dans divers lieux du centre-ville de Toulon à la découverte de documents photographiques montrant la vie ordinaire des femmes africaines au début du XXIe siècle. Collectées par l'Atelier Avant Seize, ces photographies sont réalisées par des femmes africaines qui vont dans les villages, dans les maisons, et qui y vivent plusieurs jours, jusqu’à être acceptées par le groupe social. Cette approche permet d'être au plus près de la réalité, en évitant toute modification de leur comportement (vers la censure ou le théâtralisme) provoquée par une présence étrangère. On a ainsi le témoignage intime de la vie de ces villages à travers cérémonies familiales, corporatives villageoises. Les photographies sélectionnées sont issues des pays traversés par Jean Rouch (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Ghana, Mali, Niger, Sénégal, Togo, Nigéria).

02.Exposition_HorsLesMurs(c)AtelierAvantSeizeExposition dans le centre-ville de Toulon par Atelier Avant Seize

La Pyramide Humaine. Thema#27
Le Liberté – scène nationalede Toulon
Grand Hôtel  -Place de la Liberté
83000 Toulon
Plus d'infos ici
 
Exposition "Jean Rouch"
Photographies, photogrammes, vidéos et douche sonore
Du jeudi 7 décembre 2017 au mercredi 24 janvier 2018, hall du Liberté
Vernissage jeudi 7 décembre à 18h30
entrée libre

Projection du film "La Pyramide Humaine" de Jean Rouch, suivi d'une rencontre avec Catherine Ruelle et Andrea Paganini. Entrée: 4€
 
Exposition "Atelier Avant Seize"
Du jeudi 7 décembre 2017 au jeudi 1er février 2018
Visite commentée le jeudi 21 décembre à 18h, gratuite sur inscription auprès de la billetterie (nombre de places limité)
Parcours des lieux d’exposition :
BRUN NOIR (20, rue de l’équerre), LE BISTROQUET (3, place de la poissonnerie), CAFÉ ALPHONSE (3 rue Adolphe Guiol), LES CHOSES SIMPLES (18 rue de Pomet), GALERIE SAINT LOUIS (6 Rue Notre Dame), CAFÉ CULTURE (24 Rue Paul Lendrin) (à partir du jeudi 14 décembre).

 
Aimez et partagez !