Inside Japan: immersion dans un Japon intime par le photographe Roberto Badin

Roberto Badin
Aimez et partagez !

Que donne un photographe brésilien, habitant Paris et photographiant le Japon? Un ouvrage pur et serein, intimiste et sensible, sur le pays du Soleil Levant. Photographe de natures mortes, Roberto Badin a collaboré avec de nombreux magazines internationaux et a signé de prestigieuses campagnes dans l’univers du luxe. Puis, il développe une dimension technique singulière en construisant méticuleusement chaque étape d’une image. Son travail est très difficilement composé et cadré de façon inconsciente mais définitivement spontanée. La couleur ou son absence dans la photographie n’a pas d’importance. C’est au-delà de tout art, film ou numérique, qui est au service d’une idée et de l’émotion désirée, qui est important. Pour son premier livre qui aux éditions Benjamin Blank, Roberto Badin brise les clichés habituellement admis au sujet des villes japonaises et nous invite au coeur d’un pays de contrastes, à mi-chemin entre tradition et modernité. Chaque page est un chef-d’œuvre d’une précision horlogère. Un regard net, une certaine distance évoquant les peinture d’Edward Hopper. La parfaite maîtrise des cadrages et de la lumière naturelle sert une narration rigoureuse. Malgré la foule des mégapoles japonaises, Roberto Badin capture une vie ordinaire. Un quotidien calme, vrai, serein, intime et silencieux. Invitation.

Roberto Badin
©Roberto Badin

Marlène Pegliasco : Comment avez-vous débuté cette série ?

Roberto Badin : Je suis allé au Japon par la première fois en avril 2016. Le but de mon voyage n’était autre que découvrir un pays qui m’a toujours fasciné. Quand j’étais enfant, au milieu des années 70, la plupart de mes références visuelles étaient des dessins animés japonais et des séries télévisées. Le Japon était comme une planète lointaine qui me faisait rêver.

M.P. : Est-ce vous qui avez choisi le Japon ou est-ce le Japon qui vous a choisi ?

R.B. : J’ai toujours eu un grand intérêt pour la culture nippone, c’est un pays de contrastes entre tradition et modernité. L ’esthétique japonaise est incomparable. Je me suis d’ailleurs inspiré de l’excellent livre de Jean-Marie Bouisson“Esthétique du Quotidien au Japon” qui retrace l’histoire de cette esthétique si particulière. L’autre ouvrage qui m’a accompagné dans ce projet, d’un tout autre genre, est la bande dessinée “Le Gourmet Solitaire” de Jiro Taniguchi et Masayuki Kusumi
qui traite de l’histoire de la société japonaise à travers le prisme de la gastronomie, comme le réalisateur Yasujiro Ozu dans certains de ses films. Au fil de mon voyage, toutes ces références ont enrichi mon imaginaire. Puis le coté narratif des images est venu spontanément.

Reflection In The Window ©Roberto Badin

M.P. : Est-ce une commande ?

R.B. : Pas du tout. C’est un travail très personnel. Lorsque je suis rentré de mon premier voyage, la rencontre avec l’éditeur Benjamin Blanck a été décisive pour l’élaboration du livre. Il souhaitait publier un ouvrage rien qu’avec le premier séjour, car le résultat était déjà consistant. Mais il restait encore quelques endroits particulièrement intéressants que je n’ai pas pu visiter en 2016. Et nous étions d’accord qu’un autre voyage pouvait venir compléter les images que nous avions entre les mains. Mon objectif a été de rester avec le même regard lorsque je suis retourné au Japon en avril 2018. Il était essentiel de garder la même fraîcheur et la même curiosité, qui peuvent parfois nous échapper lorsque l’on retourne dans un pays.

Roberto Badin
©Roberto Badin

M.P. : Parlez-nous de la composition des images: peu de présence humaine, cadre serré, lignes de fuites prononcées…

R.B. : De façon générale, si mon travail peut paraître très structuré, notamment par un cadrage souvent frontal, graphique et posé, tout est naturel et spontané. Je ne travaille pas avec un pied photo et j’utilise uniquement les lumières ambiantes. Ce qui me fascine, c’est l’image comme un morceau de réalité. Je cherche à faire ressortir la banalité quotidienne d’un lieu, peut-être juste une beauté secrète à révéler. Et il me semble naturel d’y apporter parfois un élément humain. Cela permet de donner une échelle à la scène et d’enrichir la narration.

M.P. : Allez-vous exposer vos photographies ?

R.B. : Oui. Elles sont présentées depuis le 22 novembre à la Galerie 7 rue Saint Claude dans le 3ème arrondissement à Paris. Ensuite, je compte faire voyager ce projet, aussi bien en France qu’à l’étranger.

Roberto Badin
©Roberto Badin

Jeudi 22 novembre 2018

Vernissage de l’exposition « Inside Japan » de Roberto Badin, à partir de 18h30

Galerie 7 rue Saint Claude 75003 Paris à 18h30 suivi de la signature de l’ouvrage par le photographe

Livre « Inside Japan, Roberto Badin », trilingue japonais, français et anglais, 116 pages, 2018

Plus d’infos sur le photographe ici
Aimez et partagez !